The Turkish siege of Sinj in 1715, Virgil Meneghello Dinčić (copied)

Histoire

Les découvertes archéologiques témoignent de la présence de l'homme dans la région de la Cetina dès la préhistoire. De nombreuses trouvailles datant de la fin de l'âge de cuivre jusqu'au milieu de l'âge de bronze sont attribuées à ce qu'on appelle la culture de Cetina. La position géographique favorable, les grottes, les collines et les champs fertiles favorisèrent le développement de l'agriculture, et de l'élevage sur les pentes des montagnes. A l'Age de bronze, apparaissent aussi les premiers indigènes de cette région, membres de la tribu illyrienne des Delmates qui continuèrent de se développer jusqu'à l'arrivée des Romains. Les Delmates se sont longtemps opposés au gouvernement romain et de nombreux soulèvements furent réprimés dans le sang. Après la chute de l'Empire Romain, les invasions barbares se firent plus fréquentes. Au début du 7eme siècle, les Croates venus de la Blanche Croatie (région autour de la Vistule en Pologne) s'installent dans la région de la Dalmatie. Les découvertes archéologiques du 7eme au 9eme siècle témoignent de l'arrivée du christianisme à travers les Francs. Les premières formations étatiques, les principautés croates et plus tard les royaumes se forment, tandis que Sinj, en tant que ville fortifiée, représente le siège du comté de la Cetina. Avec l’augmentation de l’influence des princes, la principauté de la Cetina est formée. Elle appartient aux princes de la famille Subic et, à partir de 1345, de la famille Nelipic. Le prince Ivan Nelipic invite à Cetina (ville située sous la forteresse de Sinj) les franciscains du vicariat bosnien qui construisent l’église et le couvent Ste-Marie que les Turcs pillèrent et incendièrent en 1492. Et c’est ainsi que Sinj tomba dans les mains des Turcs en 1513 jusqu'à ce qu’elle passe sous la domination vénitienne en 1686. Mais les Turcs tentent toujours de reconquérir Sinj. En 1715, s’est jouée la plus importante bataille qui a vu 700 défenseurs de la ville de Sinj repousser l’attaque de plusieurs dizaine de milliers de Turcs. L’armée turque alarmée, affaiblie par la faim et l’apparition de la dysenterie, abandonne la région de la Cetina.

Sinj est dirigée par la République de Venise jusqu'en 1797 lorsqu'elle tombe sous la domination autrichienne (jusqu'en 1918)  et est aussi gouvernée par la France pendant une courte période.

Après le Royaume des Serbes, Croates et Slovènes et le Royaume de Yougoslavie, l'Etat Indépendant de Croatie, l'occupation italienne et la Yougoslavie communiste, Sinj appartient finalement à la République indépendante et souveraine de Croatie.