Curiosites

GAJ LABERIJE

La pierre tombale du petit garçon romain de sept ans, Gaj Laberije qui tient dans sa main une sphère ornée d'hexagones reliés en un filet, symbole d'une véritable balle de cuir, est considérée comme une preuve solide que c'est bien dans la région de la Cetina que l'on a joué au football pour la première fois en Europe. Elle fut trouvée sur le site de fouilles de Tilurium dans la localité de Gardun et date du 2eme siècle.

De nos jours, elle est intégrée dans la façade des maisons de pierres de la rue Vrlička à Sinj. Le monument mesure 113 centimètres de haut et 46 centimètres de large et est construit en calcaire. Une inscription en deux parties se trouve en bas du monument; celle du haut s'inscrit dans un cadre moulé et contient des informations sur le défunt; tandis que celle du bas représente un texte dédié au défunt par un auteur anonyme. La partie centrale est ornementale encadrée d'un médaillon contenant un portrait montrant les caractéristiques importantes du défunt qui tient dans sa main droite la balle mentionnée précédemment. La partie supérieure du monument se termine par une frise composée de canthares (grand vase à deux anses), de dauphins et de la tête de Méduse (personnification des êtres maléfiques dans la mythologie antique) et on y trouve aussi un fronton triangulaire avec acrotères  (ornement plastique des extrémités) en forme de pattes de lions. A l'intérieur du fronton triangulaire est sculptée la tête d'Attis.

On jouait au football à Gardun dans le cercle des soldats et des fils de notables mais le jeu était illyrien à l'origine et les Delmates y jouaient longtemps avant l'arrivée de l'armée romaine. Cela est confirmé par le fait que nulle part dans le territoire de l'Empire romain, à part à Gardun, on n'a trouvé de motif ou personnage lié à ce jeu. Dans le numéro 71 du journal officiel de la plus haute instance mondiale du football, le FIFA NEWS, paru en 1969, la découverte de l'archéologue amateur Josip Bepo Britvić a fait la une du magazine avec le titre Archéologie et football. La FIFA soutient que les découvertes de Sinj contiennent des informations importantes pour l'archéologie et pour les amateurs de football. (match entre les Delmates et les Romains). Download: Pages from FIFA News No. 71 - April 1969, pages 1-5.pdf

A LA SOURCE

Le personnage d'une jeune fille buvant de l'eau à une source est la première sculpture de Stipe Sikirica présentée au public (en 1957). Parmi les habitants de Sinj, elle est connue sous le nom de Luca. Elle se trouve dans une oasis verte au centre de la ville, juste à côté de l'église de la Vierge Miraculeuse de Sinj.

L'ALKAR A CHEVAL

L'un des symboles les plus reconnaissables de Sinj, la sculpture pittoresque d'un alkar lancier à cheval, est aussi l'œuvre du sculpteur académique Stipe Sikirica. Elle fut installée en 1965, tout au début de la piste de l'Alka – le Repère, l'endroit ou les alkari à cheval partent au galop.

PETROVAC

La fontaine Petrovac, devant le bâtiment du Tribunal, a été commandée par le maire Petar Tripalo en 1878 et a donc été nommée en son honneur. Elle est alimentée par l'eau de la source Miletin qui se trouve au sud-ouest de l'ancienne forteresse de Sinj.

FRERE PAVAO VUČKOVIĆ

Le monument en l'honneur du célèbre franciscain est le fruit du travail du sculpteur académique Kuzma Kovačić. D'une hauteur de 2,8 mètres, la statue fut érigée à l'entrée est de la ville. L'histoire se souvient du frère Pavao comme d'un guide du peuple et des franciscains de Rama, qui, en 1687, fuyant devant l'invasion des Turcs et accompagnés par l'intercession de l'icone de Notre-Dame de la Miséricorde, trouvèrent un nouveau foyer à Sinj et dans la région de la Cetina. Il est le fondateur du monastère et du sanctuaire de la Vierge Miraculeuse de Sinj.

FONTAINE SUR LA PIJACA (la place)

La fontaine sur la Pijaca (appelée populairement funtana) fut commandée par le maire Antonio Buglian en 1852. Un an plus tard, la Pijaca est pavée et on y installe des lanternes et des réverbères en fer forgé.

LES COURS DE L'ALKA (KVARTIRS)

Le nom Kvartir (du franc. quartier – appartement, camp militaire) souligne leur usage initial – une caserne occupée par la cavalerie croate (Cavalleria croata, Croati a cavallo). Elles furent construites en 1760 comme une forteresse de forme carrée composée de deux ensembles de bâtiments avec deux tours carrées et deux cours séparées par des écuries. Le complexe pouvait accueillir quatre régiments de cavalerie avec des chevaux. Tout au long de l'histoire, il fut utilisé par toutes les armées qui ont séjourné dans la région de Sinj, en particulier les Français au début du 19eme siècle, puis les Autrichiens lorsque les Kvartir ont été améliorées en casernes à deux étages pour l'armée de terre.

Avant de construire les cours de l’Alka, des fouilles archéologiques préventives nécessaires ont été menées dans le but d’obtenir un aperçu le plus complet possible de la séquence de construction et de modification des Kvartirs le long des 18eme, 19eme et 20eme siècles. On y découvrit les bases architecturales de la tour sud, un réservoir d’eau, un système de canal pour les eaux pluviales et des restes de pavage, dallage et autres revêtements de sol. Des fragments de vitres et de poteries de cuisine grossières, des fragments de verre, de nombreux tubes en céramique, de l’argent vénitien et des objets métalliques proviennent principalement de la fin du Moyen Âge et de l'époque moderne. Les Kvartirs sont un monument culturel placé sous la protection du Ministère de la culture de la République de Croatie.

GRAND PONT (PONT DE L'ALKA)

Le Grand pont sur Gorućice fut construit par le gouverneur de Sinj Paolo Emilio Canalis en 1784. On y trouve une plaque où il est inscrit „Pour la décoration de Sinj, le confort des voyageurs et dans l’intérêt du commerce“. Il se trouve juste à côté de Biljeg (le Repère), lieu à partir duquel les alkari passent au galop. Le pont est un monument culturel protégé du Ministère de la culture croate.

TROIS GENERATIONS

La sculpture monumentale avec sa fontaine, œuvre d'Ivo Filipović Grčić de Sinj, est située au centre du Parc municipal. Le symbolisme mis en avant représente trois habitants de Sinj tenant l'Alka dans leurs mains levées. Ils portent le costume traditionnel des hommes de Sinj.

LYCEE CLASSIQUE FRANCISCAIN DE SINJ ACCREDITE

En tant que plus ancien établissement secondaire dans l'arrière-pays dalmate, il est en place depuis l'année scolaire 1838/1839, rassemblant les petites écoles monastiques de trois monastères de la Province franciscaine du Très Saint Rédempteur. Après sa restructuration en 1854, il acquiert le droit à l'accès public sous l'appellation „Lycée public croate à Sinj administré par les franciscains du Très Saint Rédempteur“. Il s'agit également du premier établissement secondaire au sud de la Croatie ayant le croate comme langue d'enseignement.

VILLA DANEK

La maison de forme style nouveau fut construite au centre de la ville par l'immigrant polonais Adolf Danek. La façade est de cette maison à deux étages est ornée de blocs de pierres posés en diagonale et d'une terrasse avec une barrière classique, tandis que les ouvertures sont décorées de garnitures de fer. L'aile nord de plein pied est décorée d'une corniche moulurée et l'ouverture à deux portes avec des balustrades en fer forgé est renforcée par les sculptures monumentales de cariatides et atlante. Sur le coté ouest de la villa se trouve le jardin. La villa, en tant que bien culturel, est placée sous la protection du Ministère de la culture croate.

PALAIS TRIPALO

Il fut construit au 19eme siècle en plein cœur de Sinj, prés de l'église de la Vierge Miraculeuse de Sinj. Il appartenait à la célèbre famille Tripalo de Sinj. De nos jours, grâce à sa valeur, il est un monument culturel protégé. Sur la maison se trouve l'inscription „Pierre de Glavica saint Nicolas à Selca sur Brać, tailleur de pierre Nikola A. Štambuk. L'amitié m'est plus chère que l'or, porte ouverte à mon ami en 1883“

BUSTE DE DINKO ŠIMUNOVIĆ

Sculpté par Ivan Meštrović en 1932 à l'occasion de la sortie d'une édition spéciale de l'Alkar de Šimunović. A cette époque Šimunović était très malade et sans argent et un groupe d'artistes renommés a lancé une réédition de l'Alkar. Vilko Gecan, Joza Kljaković, Fran Kršinić, Omer Mujadžić, Vanja Radauš et Marijan Trepše ont participé aux travaux de cette édition. La couverture artistique est l'œuvre de Miroslav Kirin.

''L'immense plaine de Sinj, sous le chaud soleil d'été, semblait encore plus grande, car la brume bleuâtre dissimulait les lointaines collines à nos yeux. Tout était calme sous la chaleur de midi, tandis que les lointaines, lointaines  montagnes de pierre, d'un bleu plus prononcé, culminaient encore derrière ce faible et léger brouillard. Il semblait que toute la région se languissait dans un luxueux rêve d'été ou bien qu'elle prenait un repos bien mérité après des luttes pleines de colère et des actes héroïques…“ (D. Šimunović, Alkar (réimpression), Ex libris, Zagreb 1933)

CHEMIN DE CROIX DE GRAD

Un Chemin de Croix a été aménagé du pied de Grad jusqu'à la petite église votive à son sommet. Chaque station est l'œuvre d'un sculpteur croate parmi les plus éminents.

BATIMENT DE L'ANCIENNE GARE FERROVIAIRE

La voie de chemin de fer connue sous le nom de rera et ferata, reliait Sinj à Klis et Split de 1903 à 1962. Elle était d'une grande importance pour le développement culturel et économique de la ville. (lien sur le titre – rera)

VILLA TRIPALO

Elle fut construite dans la partie sud de Sinj en 1920 avec les particularités stylistiques de la sécession. Toute la propriété est entourée d'un mur de pierre et au sud-est se trouve le portail d'entrée en fer forgé datant de l'époque de la construction de la villa. Bien que construite à l'intérieur de la ville, la maison possède un caractère rustique et est tout à fait exceptionnelle non seulement à Sinj mais aussi dans la région de Dalmatie en général.  Elle est placée sous la protection du Ministère de la culture croate en tant que patrimoine culturel immobilier.

VILLA VJERA

La maison fut achetée à l'ancien propriétaire, l'avocat Ramagnol par la famille Tripalo pour leur fille Vjera à l'occasion de son mariage. De nos jours, dans le bâtiment rénové, siège l'administration fiscale de Sinj.