Les anciens métiers dans la région de Cetina

La région de Cetina, en plus de sa riche histoire, de sa culture, de sa tradition et de sa gastronomie, est riche en nombre de métiers d’artisanat qualifiés et de valeur. La valeur de ces métiers, qui aujourd’hui malheureusement tombent de plus en plus dans l’oubli, n’est pas seulement dans la confection du bien pour son utilisation quotidienne. Il est encore plus important, que tout ce savoir de grande valeur, acquis à travers des générations, s’est transmis de génération en génération, s’est amélioré à travers les descendants, crevant ainsi une tradition locale et familiale.

Un des métiers les plus connus (dans un contexte Européen) est bien entendu la confection de pipe à Zelovo, qui se fabrique aujourd’hui encore grâce à la même technique et à des moules appartenant à des maitres-artisans anciens.

La tache la plus compliquée est la confection d’un moule en deux parties en étain et en plomb. Pour cela, il faut fabriquer un modèle en bois qui peut se décorer avec plusieurs formes géométriques, ou même encore avec la gravure d’un visage humain. Quand le moule est fait, on récupère une argile spécifique, que l’on trempe ensuite dans l’eau, afin de filtrer et de retirer les petits cailloux et autres impuretés. Le jour suivant, après que l’argile a trempé dans l’eau, on la tape avec un maillet afin de casser toutes les masses de grumeaux d’argile qui ne sont pas encore humidifiés. On fait ensuite des petites boules à partir de cette pâte et on les assorti dans des quantités définies; avant, on pouvait compter deux milles pièces, aujourd’hui deux cent. Les deux côtés des moules sont graissés, afin d’éviter que les matières ne collent et on y dépose à l’intérieur les boules d’argiles. On ferme le moule et on le ressert avec un étau en bois. Dans deux trous du moule on insert des coins qui vont modéliser et former la poche prévue pour le tabac et pour mettre le petit tube en bois-Kamiša (bec). Lorsque l’on retire les coins en bois du moule, on perce un petit canal avec un pic en bois entre l’emplacement de la poche à tabac et celui du petit bec en bois. La pipe est alors prête pour le séchage. On la sèche d’abord dans une ouverture spécialement préparée. Ensuite on retire avec un couteau toutes les marques laissées par le moule. Enfin, le nombre de pipes préparées est regroupé et cuit au feu, et ensuite à la braise toute la nuit.

En plus de la confection de la pipe, les maitre artisans de Zelovo montrent un savoir faire impressionnant dans la confection d’instruments en bois, dès le début du 20eme siècle, ils se sont tournées dans la confection de jouets pour enfant. Les jouets en bois étaient fabriqués par des hommes, à la main, et pratiquement tous les modèles sont uniques. Ils portent des signes de la région d’où ils proviennent: ils sont peints dans une couleur jaune pâle avec des marques rouges et vertes de formes simples avec peu de complexité géométrique. Les motifs qui étaient réalisés sur les jouets étaient souvent des petits chevaux, des papillons, des avions, des acrobates, des flûtes et des marteaux. La dernière famille qui confectionnait des jouets est la famille de Jakov Delaš. Ses fils ont continué la tradition, malheureusement, à cause du manque d’intérêt, on ne garde aujourd’hui que des exemplaires de musée.

Autrefois, dans la commune de Potravlja, on confectionnait des objets en argile utiles au quotidien, presque tous les foyers et familles s’y prêtaient, il s’agissait de pots, de cloches pour la cuisson (peka), d’ustensiles pour garder la nourriture, de pots à miel ou à graisse, de broc à vin et à huile, de vases à fleurs, de tirelires pour enfants… L’artisan pose les morceaux d’argile dans des mécanismes en bois et en les faisant tourner à la main, leur fait prendre la forme souhaitée. Ces confections, faites soigneusement et de façon complète, sont connues pour être de bonne qualité et ont une longue durée de vie. Les objets confectionnés étaient souvent vendu aux salons et aux expositions à Sinj, Trilj, Split, Trogir, Kaštela, Solin, Omiš, Imotski, Makarska ainsi que dans nos îles – le plus souvent pendant la saison touristique.

Il y avait également dans la région de Cetina une production d’objets divers et indispensables pour une utilisation quotidienne dans les maisons, dans l’agriculture et dans les autres parties de la vie quotidienne.

C’est ainsi qu’à Gljev et Glavica étaient confectionnées les opanci (chaussures de paysan) (elles étaient vendues le samedi au marché et aux fêtes traditionnelles). Etant donné qu’il y avait plus d’ânes qu’aujourd’hui, pratiquement tous les villages avaient un spécialiste pour les selles en bois (samare). A Bitelić étaient connus les maitres forgerons, qui ferraient les chevaux et réalisaient différents objets pour des utilisations diverses: cadenas, serrures, pioches, haches, couteaux… A Čaporice, on réalisait des tonneaux en bois. A Otok, à côté de Sinj, la confection de lađe (bateau, canot en bois) de la Cetina est célèbre, elle est inscrite et protégée comme patrimoine culturel des biens immatériels par le ministère de la culture de la République de Croatie. Les lađe étaient également réalisées à Bajagić, mais avec une technique de fabrication différente.

Galerie de photos