Cetinska lađa (La Barque de la Cetina)

Pendant la chasse et la pêche autrefois on utilisait la petite lađa (=barque) lajica, et pour les besoins de transport de personnes, de bétails et de marchandise la grande lađa.

Les Lađe sont réalisées à partir de bois de sapin, les côtés des Lađe sont faits à partir de planches ‘’tordues’’ ou alors avec deux planches séparées. La planche devait être trempée dans l’eau ou bien on l’entourait de chiffons mouillés et on la laissait ainsi sur de la paille brûlée. Les planches bien poncées sont collées entre elles avec des agrafes en mental (faites spécialement chez des forgerons), on insère des pinces dans les planches du fond du côté intérieur de la Lađa. Le fond de la barque est réalisé à partir de trois planches qui sont tordues et brûlées au feu, vers les extrémités elles sont relevées, ainsi elles naviguent plus facilement sur l’eau.

Pour éviter les intrusions d’eau entre les planches du fond, on y insérait de la pâte (roseau séché). Les côtés latéraux sont reliés avec des clous, et aux deux extrémités de la Lađa sont posés des coins (renforcement sur trois directions), sur lesquels on met une bague en métal pour la chaine pour pouvoir attacher la barque. Sur le fond de la Lađa sont rajoutés des treillis, comment renforcement transversal qui sont coupés aux extrémités afin de laisser un passage pour l’eau qui s’accumule dans la barque. On s’assoit sur une extrémité (les anciennes) ou sur deux extrémités, sur une planche en forme de triangle qui suit la forme de la Lađa et se place au même niveau que les faces latérales. La Lađa est vernie avec du goudron pour la protection (aujourd’hui, on utilise des couleurs sombres pour la protection de l’environnement).

Les rames sont réalisées en bois de saule en un seul morceau d’une longueur de deux mètres avec une poignée à l’extrémité (perla) en forme de lettre T. En fonction de la profondeur de la rivière, il est possible de ramer en étant assis ou debout. Pour retirer l’eau, on utilise un récipient réalisé avec un morceau de saule. En tant qu’équipement dans la Lađa, il y avait toujours une Krbela, qui est un panier tressé qui servait à ranger les poissons, les crabes et les grenouilles pêchés. L’œuvre de la réalisation de Lađe à Otok à côté de Sinj est inscrite au patrimoine des biens immatériels du ministère de la culture de la République de Croatie.

Dans l’esprit de faire revivre la tradition et afin d’éviter la perte définitive de cette tradition d’autrefois, cela fait plusieurs années qu’à Otok sont organisées des courses de Lađa de la Cetina ainsi que des manifestations comme Žabarijade (compétition de sauts de grenouilles), des actions de nettoyage de la rivière de Cetina, pour faire revivre la tradition de la pêche à la Lađa.

Galerie de photos